Conseil municipal du 5 décembre : intervention de Maryline DAUNIS concernant les associations inscrites dans le champ de l’éducation populaire.

maryline-daunis-dcm-1

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

La Ville de Rennes est riche d’un maillage territorial dense et d’un réseau associatif particulièrement important. Ces associations constituent un atout immense en termes de cohésion sociale.
Grâce à leurs engagements, les associations rennaises fédèrent nos concitoyens, créent une véritable dynamique dans les quartiers. Elles font la singularité et la force de Rennes. Alors qu’il y a une perte d’influence des structures sociales, la vie associative demeure un point d’ancrage fort et une réelle école de citoyenneté.
Pour certaines, elles représentent des lieux d’apprentissage, de sociabilité, d’une citoyenneté active, notamment pour le public jeune. D’ailleurs les associations les plus prisées par ce même public sont surtout des associations de jeunesse et d’éducation populaire proposant des activités de loisirs, sportives ou culturelles. Rappelons à ce sujet que les jeunes représentent la classe d’âge la plus impliquée dans les pratiques artistiques et culturelles.
Alors que la société de l’information bouleverse le partage des formes de l’engagement et les formes de savoirs, ainsi que l’accès à la culture, les associations quant à elles, permettent à nos concitoyens rennais d’acquérir ces mêmes savoirs, une culture commune, des compétences susceptibles d’en faire des citoyens responsables et de s’approprier la chose politique.
Les premières bases de cette éducation populaire ne sont-elles pas jetées dès 1792 dans la déclaration de Condorcet à l’Assemblée Nationale, déclaration qui donne à l’éducation une finalité démocratique ? « L’instruction permet d’établir une égalité de fait et de rendre l’égalité politique reconnue par la loi… En continuant l’instruction pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances acquises dans les écoles de s’effacer promptement de la mémoire : on entretiendra dans les esprits une activité utile ; on instruira le peuple des lois nouvelles […] qu’il lui importe de ne pas ignorer. On pourra lui montrer enfin l’art de s’instruire par lui-même. ».

C’est la raison pour laquelle, notre formation politique, notre groupe politique, soutient toutes les associations qui visent à renforcer la volonté de favoriser l’accès au savoir et à la culture au plus grand nombre et de considérer l’éducation de tous comme une condition d’exercice de la citoyenneté fondée sur des valeurs de laïcité et de dynamisation de la démocratie.

Ainsi, les radicaux de gauche ne peuvent que saluer et encourager, les associations rennaises qui s’inscrivent dans ce champ de l’éducation populaire. Prenons l’exemple du Cercle Paul Bert (section Guinguené) pour le projet « Hackteliers », à destination des enfants de 6 à 18 ans et des adultes. Le but étant de travailler sur les nouvelles pratiques collaborative du « Do it Yourself » et de fabrication numérique. Ici, « l’éducation et l’émancipation » sont coproduites par les outils numériques et les utilisateurs.
Enfin, et pour conclure, les associations inscrites dans une démarche d’éducation populaire, permettent au vivre et faire ensemble de trouver une expression concrète. Plus que jamais nous devons renforcer la cohésion sociale de notre ville. Cela implique que nous leur garantissions un financement pérenne. Les laisser dans l’incertitude reviendrait à hypothéquer le développement des initiatives nouvelles et innovantes, à l’heure où nos concitoyens ont soif de réinventer notre commun.

Maryline DAUNIS

Groupe PRG

1 Comment on "Conseil municipal du 5 décembre : intervention de Maryline DAUNIS concernant les associations inscrites dans le champ de l’éducation populaire."

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.


*