Communiqué de presse : Les Radicaux de Gauche d’Ille-et-Vilaine derrière Sylvia PINEL

Les maires, les conseillers départementaux et régionaux, adhérents du Parti Radical de Gauche (PRG) appellent les électeurs de la primaire à soutenir, dimanche prochain, la candidature de Sylvia Pinel.

Seule femme de cette primaire, Sylvia Pinel* est une jeune candidate (39 ans) qui a l’expérience nécessaire pour mener un combat présidentiel. Ancienne ministre du logement, elle a su s’intéresser aux problèmes quotidiens des Français en prenant des mesures favorables à la relance du bâtiment et de la construction.

Au-delà des actions conduites qui sont autant de preuves d’une capacité à agir, Sylvia PINEL porte le projet politique original, réformateur et progressiste dont la gauche a besoin. Intitulé « de l’Audace pour la France », le projet de Sylvia Pinel s’engage résolument en faveur de la conquête de droits nouveaux, de l’entreprise et des salariés. Profondément républicain, son projet est aussi européen.

Honoré PUIL, Président du Groupe des élu.e.s Radicaux de Gauche, Vice-Président de Rennes Métropole

Marilyne DAUNIS, Conseillère municipale

* Retrouvez l’intégralité du projet présidentiel de Sylvia Pinel sur : http://www.partiradicaldegauche.fr/wp-content/uploads/2017/01/Projet-SP_final.pdf

Communiqué de presse d’Honoré PUIL, relatif à l’ouverture des hypermarchés et supermarchés le dimanche

Contre l’ouverture des hypermarchés et supermarchés le dimanche !

Le Groupe des élus Radicaux de Gauche se déclare inquiet de la volonté de l’enseigne Carrefour d’ouvrir ses hypermarchés le dimanche matin. Au-delà des accords locaux, qui prévalent sur le territoire du Pays de Rennes depuis de longues années et qui militent pour une fermeture du grand commerce le dimanche, une ouverture des hypermarchés/supermarchés le dimanche matin aurait des effets dramatiques sur le petit commerce des quartiers et des bourgs. Elle viendrait ruiner les efforts des communes  qui se sont engagées – souvent avec le soutien des pouvoirs publics – dans des opérations de revitalisation du commerce de proximité.

Honoré Puil

Président du groupe des élus radicaux de gauche.

Réaction d’Honoré PUIL au communiqué du Front National sur le squat de la Poterie.

En réaction au communiqué du Front National sur le squat de la Poterie, le groupe des élus radicaux de gauche rappelle que la situation actuelle résulte d’une décision de justice autorisant le maintien dans les lieux des migrants jusqu’à la fin de la trêve hivernale.  Dès lors, il ne pouvait pas être de question de laisser 160 migrants dont 70 enfants continuer à vivre dans le froid. C’est pourquoi, j’ai proposé en ma qualité de vice-président de Rennes Métropole délégué au logement de contribuer,  aux côtés des associations et de la ville de Rennes,  à la prise en charge financière des fluides nécessaires à la vie dans cet immeuble.

Le front National tente de faire croire, pour diviser nos concitoyens, que cette décision se ferait au détriment des rennais et des rennaises. Faut-il lui rappeler qu’en matière d’hébergement d’urgence et de plan hivernal, la volonté des pouvoirs publics et notamment du ministère du logement est, cette année, de renforcer les moyens de cet accueil pour l’ensemble des publics concernés ? Enfin, le gouvernement a annoncé sa volonté de sortir de la « gestion saisonnière » de l’hébergement d’urgence au profit d’une gestion au long cours de ces situations. Il s’agit là aussi d’une décision positive.

Honoré Puil

Président du Groupe des élus Radicaux de Gauche,
Vice-président de Rennes Métropole délégué à l’habitat,
Au logement et aux gens du voyage.

Loyer unique dans le logement social : « Une idée de progrès ».

En réponse aux propos de la Confédération Nationale du Logement (Ouest-France Rennes Mardi 25 Octobre 2016 « Loyer unique : Fausse bonne idée ») Honoré Puil, Vice-président de Rennes Métrople délégué à l’Habitat et au logement tient à réagir :

Comment la CNL, qui œuvre pour l’amélioration des droits des locataires depuis un siècle, peut-elle justifier et accepter que pour un même logement l’écart de loyer soit du simple au double et aussi inégalitaire ? Chacun sait que les réglementations successives ont conduit à une spécialisation du peuplement des patrimoines et des territoires dont il convient de sortir sauf à assumer les phénomènes de ségrégation spatiale. La CNL n’a sûrement pas cet objectif !

Le loyer unique est, au contraire, un dispositif au service de l’égalité et de la liberté des demandeurs.

Egalité car le  loyer unique   vise à mettre en place les conditions d’une attractivité économique identique du parc social sur l’ensemble des communes de Rennes Métropole.  Liberté, car un même prix de loyer sur n’importe quel point du territoire, c’est une capacité de choix résidentiel donné aux ménages.

Dans le domaine du logement social, Rennes dispose d’un solide bagage. Le loyer unique pourrait bien venir rallonger la liste de ce qui s’est inventé à Rennes depuis plus d’un demi-siècle.

Communiqué de presse d’Honoré Puil : rentrée 2016

Le groupe des élus radicaux de gauche (PRG) se félicite des conditions de la rentrée scolaire dans les écoles rennaises. C’est, en effet, plus de 13 700 élèves qui sont accueillis dans les écoles publiques de la ville, un chiffre en progression de plus de 300 élèves nécessitant l’ouverture de plus de 15 classes supplémentaires.

Cette augmentation des effectifs est en relation directe avec la politique de l’habitat de la ville et de Rennes Métropole. Ce n’est en effet pas moins de 12500 logements qui ont été livrés sur la période 2005 à 2014 dans les différents quartiers de la ville. Ces bons chiffres traduisent l’attractivité retrouvée de la ville en matière de logement et d’habitat ce qui était l’ambition de la majorité municipale depuis maintenant plusieurs années.

Au-delà de la situation rennaise, les élus radicaux de gauche souhaitent attirer l’attention des pouvoirs publics nationaux sur le déroulement des carrières et la rémunération des enseignants du 1er degré comme des autres niveaux de formation. La rémunération des personnels de l’Education Nationale est aujourd’hui trop faible pour maintenir l’attrait du métier ce qui se traduit par un petit nombre de candidats aux concours  dans  certaines disciplines et des démissions de plus en plus fréquentes dans certaines académies. A titre d’exemple, un professeur des écoles débutant percevra la première année de titularisation 1640 euros net contre environ 2500 euros net, pour un étudiant sortant d’une école de commerce. Comment alors, attirer de jeunes diplômés sur un marché de l’emploi déjà fortement concurrentiel, sur lequel l’Etat ne peut aujourd’hui prétendre lutter à armes égales avec les  entreprises ? Un effort a été fourni par notre ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement et de la Recherche par le biais du Plan de revalorisation des conditions de travail des enseignants, cependant ce dernier ne s’appliquera que le 1er décembre 2017. Au vu des fortes disparités salariales, il est donc légitime de s’interroger sur une  éventuelle action complémentaire comme un plan de revalorisation globale du métier d’enseignant.

Vers une suppression de l’aide personnalisée au logement pour les accédants à la propriété ?

L’article 52 du projet de loi de finances 2015 propose une suppression de l’aide personnelle au logement (APL) que perçoivent les ménages modestes lorsqu’ils deviennent propriétaires.

L’aide ne serait plus accordée qu’aux accédants victimes d’une diminution de revenus supérieures à 30 % par rapport aux ressources mentionnées lors de la signature du contrat de prêt.

Jusqu’à ce jour, l’APL vient en déduction de la mensualité de crédit. Son versement contribue donc très largement à rendre solvable les ménages modestes qui grâce à ce dispositif peuvent devenir propriétaires de leur logement.

Si cet article 52 venait à être voté, il viendrait pénaliser le marché de l’immobilier et l’emploi dans le secteur du bâtiment car de très nombreux projets immobiliers ne pourraient voir le jour.

Pour Rennes Métropole, l’adoption de cet article viendrait compliquer fortement notre politique locale de l’habitat.