Conseil Municipal 27 juin 2016

Conseil_Municipal_Ma_preview_01Madame la Maire, Cher(e)s collègues,

La Poste a annoncé le 23 juin dernier la fermeture de sept bureaux sur Rennes, qui sont ceux de Coëtlogon, Hoche, Oberthur, Danton, Saint Hélier, Rapatel et La Poterie, autrement dit une part qui correspond à un tiers du réseau postal sur la ville de Rennes.

Les réorganisations, fermetures de sites, délocalisations et suppressions d’emplois se succèdent à un rythme effréné. Après avoir rodé pendant des années en zone rurale sa stratégie de suppression de bureaux, le groupe accélère ses coupes dans les effectifs et entame une restructuration radicale de sa présence en zone urbaine.

Parmi ces services publics, La Poste est sans doute celui qui participe le plus au maintien du lien social, notamment dans les quartiers défavorisés. C’est aussi le service public qui est le plus attendu dans les nouveaux quartiers, par les habitants.

Notre rôle, notre devoir d’élus locaux est donc de veiller à ce que le service public postal soit assuré.

A ce titre, ce qui est décidé par le Groupe a des conséquences directes sur notre ville, et sur la façon dont nous pouvons y garantir une qualité de vie. Le projet porté par cette entreprise publique, visant à supprimer les bureaux de postes dans notre ville au nom d’une baisse toute relative de la clientèle est contraire à notre engagement dans la Cité.

 

Rappelons également, que le service public postal remplit des missions indispensables en matière d’aménagement du territoire et de lien social. Que ses missions de service public dépassent le cadre du service universel du courrier et de la presse, de l’accessibilité bancaire et de la présence postale territoriale, dans les zones rurales comme les quartiers populaires.

Ces missions sont fondamentales dans un contexte d’explosion de la pauvreté et des difficultés des personnes et de besoins de proximités de qualité de service pour tous les acteurs sociaux et économiques. Comment comprendre par exemple que l’on éloigne toujours plus les personnes les plus vulnérables d’un service aussi indispensable qu’un bureau de poste de plein exercice ? C’est donc d’abord à l’Etat actionnaire de mettre un terme à ces restructurations incessantes où le facteur financier prime sur la réponse aux besoins humains.

Que dire, également de l’attribution des 352 millions d’euros de crédit d’impôt au titre du Crédit d’impôt compétitivité emploi, argent provenant du contribuable, l’Etat a reçu de La Poste 172 millions d’euros de dividendes sur les 700 millions d’euros de bénéfices nets largement porté par les revenus de la Banque postale. Systématiquement présenté par le Gouvernement comme un levier pour l’emploi ; ce dispositif n’a eu aucun impact dans la suppression des bureaux de postes. D’ailleurs, persuadé des limites de la mesure, en matière d’emploi et d’investissement, le chef de file des députés radicaux de gauche à l’Assemblée Nationale, Roger-Gérard Schwartzenberg a relevé le retard mis par le gouvernement à présenter au Parlement un rapport sur l’éventuelle création d’un Observatoire des contreparties au CICE.

Ainsi, en 2015, La Poste aura diminué ses effectifs, enregistré des milliers de suppressions d’emplois ! Ajoutons que la précarisation de l’emploi se poursuit au sein du groupe avec la multiplication des CDD, dont La Poste s’est fait une véritable spécialité depuis longtemps, avec parfois plusieurs dizaines de contrats successifs pour un même salarié.

A Rennes les élus Radicaux de Gauche sans méconnaître les évolutions en cours réaffirment leurs souhaits que soit rendu un service public postal de qualité aux habitants. Enfin que penser de la rémunération offerte aux commerçants qui accepteraient la mission relais-poste environ 300 euros. Dans un quartier comme Beauregard où les assemblées générales de copropriétés sont nombreuses et les recommandés donc importants, le temps passé par le commerçant à la remise des recommandés sera sans commune mesure avec la rémunération proposée. En conséquence notre Conseil Municipal se doit être extrêmement vigilant sur les orientations proposées par le Groupe la Poste.

Honoré Puil

Président groupe PRG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *