Budget primitif 2017 : Intervention d’Honoré Puil au Conseil municipal de Rennes

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Permettez-moi de saluer la qualité du travail technique réalisé par les services et la qualité du document qui nous est donné d’étudier, mais au-delà du bordereau strictement financier, il intègre une démonstration qu’il nous faut apprécier.

Le budget primitif présenté aujourd’hui, s’inscrit dans le cadre de l’engagement pris en début de mandature par la ville de Rennes. Il est dans la continuité et en même temps il a cette exigence de soigner toujours davantage ce que nous donnons à nos concitoyens. Nous trouvons la marque de la volonté de notre majorité de préparer l’avenir par la conduite de politiques fortes.

Il est la traduction concrète des ambitions qui sont les nôtres pour notre territoire. Il est marqué par une double ambition :

D’une part, celle de la sobriété dans le fonctionnement de notre administration, tout en maintenant un service public de qualité et de proximité.

D’autre part, il poursuit une véritable ambition en matière d’investissement (soit 54 M € pour 2017 contre 50 M € en 2016), grande priorité de la ville de Rennes, pour maintenir le dynamisme de notre territoire.

Ainsi notre collectivité est aujourd’hui en mesure de continuer à progresser, à investir et à innover, nous le devons à sa gestion responsable et volontariste mais non moins ambitieuse, qui a prévalu ces derniers temps. Rappelons, qu’il s’inscrit dans un contexte de contraintes budgétaires liées notamment à la baisse des dotations de l’Etat.

Malgré un contexte exigeant et avec une approche rigoureuse et raisonnable, ce budget traduit la volonté, de maintenir comme je l’ai dit précédemment à un haut niveau d’investissements pour le développement durable de notre territoire, sans sollicitation supplémentaire du contribuable rennais. Effectivement, Les taux d’imposition sur la fiscalité locale vont rester stables. Il s’agit bien là d’un choix fort de notre majorité. Cette stabilité fiscale n’est pas qu’un argument politique, elle est un gage de compétitivité pour le tissu économique et bien sûr une source de sécurité financière pour les rennais.

Notre groupe trouve dans ce budget différents motifs de satisfaction :

D’abord, dans le renforcement du soutien aux actions de la petite enfance et à la politique éducative et à la jeunesse. Le financement des projets dédiés à ces trois domaines, restent une priorité de notre mandat. Ils représentent à eux trois, un peu plus de 14 millions d’euros.

Le soutien qui est accordé à l’éducation populaire est un autre signe fort, via par exemple une subvention de 119 020 € pour le fonctionnement de la Ligue de l’Enseignement 35. Le développement de la citoyenneté doit être une de nos préoccupations constantes.

Bien évidemment, nous pourrions encore faire davantage pour l’école publique si nous n’avions pas à supporter de par la loi mais aussi de fait de certains de nos choix le financement de diverses actions profitant à l’enseignement privé. Ce qui représente, il faut le rappeler, un peu plus de 3 481 000 euros soit une hausse de 142 000 euros par rapport au budget de 2016.

Ensuite, la prise en compte de la vie quotidienne des Rennais et des Rennaises. Comme la volonté de les associer à la préparation des décisions avec les actions engagées en matière de démocratie locale. Ce budget consacre également une part importante à la culture, Je pense à toutes les structures qui œuvrent à la démocratisation de la culture.

Je pense aussi à la pratique sportive qui est un des maillons essentiels pour la santé des Rennais et pour tisser du lien social. 
Plus largement, notre soutien envers le tissu associatif est clairement exprimé, en maintenant au même niveau les subventions à destination de ce secteur si central dans l’animation du vivre ensemble. La vie associative demeure un point d’ancrage fort et une réelle école de citoyenneté.

Il y a d’autres motifs de satisfaction. La Ville lutte contre le gaspillage et la maîtrise de la consommation énergétique. L’effort de la Ville pour la rénovation des bâtiments, mérite d’être souligné. Il s’agit d’un pragmatisme qui allie soutien à l’économie locale et préoccupation écologique.

Pour conclure, ce budget démontre l’attachement de ce Conseil pour une gestion progressive et responsable des finances publiques. Il allie également efficacité et proximité, solidarité et innovation, pour une ville qui bâtit l’avenir, tout en s’assurant que tous ses habitants puissent en bénéficier. C’est pourquoi nous voterons ce budget.

Politique générale : Intervention d’Honoré Puil au Conseil municipal concernant l’ouverture des supermarchés et hypermarchés le dimanche.

Notre intervention concerne deux informations qui viennent d’intéresser notre territoire il y a quelques semaines dans le domaine de l’économie et plus précisément encore du commerce.

La première information est relative à la décision du préfet d’Ille-et-Vilaine de prendre un arrêté visant la fermeture des commerces alimentaires de plus de 700 mètres carrés le dimanche matin et implantés sur le territoire du Pays de Rennes.

Cet arrêté est aujourd’hui effectif. C’est pour moi une grande satisfaction car j’avais eu en 2010 à négocier l’accord – syndicat/patronat – permettant la mise en œuvre de cette orientation.  Je veux d’ailleurs souligner que la signature de ce protocole avait été extrêmement facile, consensuelle tant de la part des organisations patronales que syndicales.

Il y avait deux motivations principales à ce protocole : le repos des salariés le dimanche (je me souviens des échanges très nombreux avec les salariés tout particulièrement les femmes lors des manifestations) d’une part, d’autre part une motivation d’aménagement du territoire.  En effet, beaucoup de communes du pays de rennes ont engagé ces dernières années des politiques de redynamisation urbaine visant à conforter, développer le petit commerce en centre-bourg.

Le dimanche matin est souvent pour ces commerces indépendants essentiel pour le maintien de leur entreprise. Voilà pourquoi, nous ne souhaitions pas qu’une ouverture des supermarchés viennent déstabiliser ces politiques publiques. Je ne peux donc que me réjouir de la décision du préfet. Il faut souhaiter qu’elle s’inscrive dans le temps et qu’elle ne soit pas détricotée au fil du temps par tel ou tel mesure par exemple d’ordre législatif.

La deuxième information qui pourrait impacter notre territoire justement est la volonté de certains grands groupes de distribution – dont Carrefour – d’ouvrir leurs supermarchés et hypermarchés de façon systématique le dimanche matin. Ce groupe a en effet ouvert des négociations sur ce thème il y a quelques semaines. Je crois que les salariés ne sont pas opposés à une ouverture ponctuelle – comme nous le faisons ici à rennes depuis plusieurs années – mais qu’ils ne veulent pas d’une ouverture systématique de leurs enseignes, ils sont contre une banalisation du travail du dimanche.

D’autant que l’on ne voit pas où est l’intérêt économique un chiffre d’affaires réalisé le dimanche ne le sera pas en semaine d’une part, d’autre part si intérêt il y a celui-ci  ne tient que le temps que les autres enseignes adoptent la même politique. Le groupe aura gagné momentanément mais sur la longue période c’est la société citoyenne qui perd. Nous devons être extrêmement attentif sur ce sujet.

Communiqué de presse : Les Radicaux de Gauche d’Ille-et-Vilaine derrière Sylvia PINEL

Les maires, les conseillers départementaux et régionaux, adhérents du Parti Radical de Gauche (PRG) appellent les électeurs de la primaire à soutenir, dimanche prochain, la candidature de Sylvia Pinel.

Seule femme de cette primaire, Sylvia Pinel* est une jeune candidate (39 ans) qui a l’expérience nécessaire pour mener un combat présidentiel. Ancienne ministre du logement, elle a su s’intéresser aux problèmes quotidiens des Français en prenant des mesures favorables à la relance du bâtiment et de la construction.

Au-delà des actions conduites qui sont autant de preuves d’une capacité à agir, Sylvia PINEL porte le projet politique original, réformateur et progressiste dont la gauche a besoin. Intitulé « de l’Audace pour la France », le projet de Sylvia Pinel s’engage résolument en faveur de la conquête de droits nouveaux, de l’entreprise et des salariés. Profondément républicain, son projet est aussi européen.

Honoré PUIL, Président du Groupe des élu.e.s Radicaux de Gauche, Vice-Président de Rennes Métropole

Marilyne DAUNIS, Conseillère municipale

* Retrouvez l’intégralité du projet présidentiel de Sylvia Pinel sur : http://www.partiradicaldegauche.fr/wp-content/uploads/2017/01/Projet-SP_final.pdf

Communiqué de presse d’Honoré PUIL, relatif à l’ouverture des hypermarchés et supermarchés le dimanche

Contre l’ouverture des hypermarchés et supermarchés le dimanche !

Le Groupe des élus Radicaux de Gauche se déclare inquiet de la volonté de l’enseigne Carrefour d’ouvrir ses hypermarchés le dimanche matin. Au-delà des accords locaux, qui prévalent sur le territoire du Pays de Rennes depuis de longues années et qui militent pour une fermeture du grand commerce le dimanche, une ouverture des hypermarchés/supermarchés le dimanche matin aurait des effets dramatiques sur le petit commerce des quartiers et des bourgs. Elle viendrait ruiner les efforts des communes  qui se sont engagées – souvent avec le soutien des pouvoirs publics – dans des opérations de revitalisation du commerce de proximité.

Honoré Puil

Président du groupe des élus radicaux de gauche.

Conseil municipal du 5 décembre : intervention de Maryline DAUNIS concernant les associations inscrites dans le champ de l’éducation populaire.

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

La Ville de Rennes est riche d’un maillage territorial dense et d’un réseau associatif particulièrement important. Ces associations constituent un atout immense en termes de cohésion sociale.
Grâce à leurs engagements, les associations rennaises fédèrent nos concitoyens, créent une véritable dynamique dans les quartiers. Elles font la singularité et la force de Rennes. Alors qu’il y a une perte d’influence des structures sociales, la vie associative demeure un point d’ancrage fort et une réelle école de citoyenneté.
Pour certaines, elles représentent des lieux d’apprentissage, de sociabilité, d’une citoyenneté active, notamment pour le public jeune. D’ailleurs les associations les plus prisées par ce même public sont surtout des associations de jeunesse et d’éducation populaire proposant des activités de loisirs, sportives ou culturelles. Rappelons à ce sujet que les jeunes représentent la classe d’âge la plus impliquée dans les pratiques artistiques et culturelles.
Alors que la société de l’information bouleverse le partage des formes de l’engagement et les formes de savoirs, ainsi que l’accès à la culture, les associations quant à elles, permettent à nos concitoyens rennais d’acquérir ces mêmes savoirs, une culture commune, des compétences susceptibles d’en faire des citoyens responsables et de s’approprier la chose politique.
Les premières bases de cette éducation populaire ne sont-elles pas jetées dès 1792 dans la déclaration de Condorcet à l’Assemblée Nationale, déclaration qui donne à l’éducation une finalité démocratique ? « L’instruction permet d’établir une égalité de fait et de rendre l’égalité politique reconnue par la loi… En continuant l’instruction pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances acquises dans les écoles de s’effacer promptement de la mémoire : on entretiendra dans les esprits une activité utile ; on instruira le peuple des lois nouvelles […] qu’il lui importe de ne pas ignorer. On pourra lui montrer enfin l’art de s’instruire par lui-même. ».

C’est la raison pour laquelle, notre formation politique, notre groupe politique, soutient toutes les associations qui visent à renforcer la volonté de favoriser l’accès au savoir et à la culture au plus grand nombre et de considérer l’éducation de tous comme une condition d’exercice de la citoyenneté fondée sur des valeurs de laïcité et de dynamisation de la démocratie.

Ainsi, les radicaux de gauche ne peuvent que saluer et encourager, les associations rennaises qui s’inscrivent dans ce champ de l’éducation populaire. Prenons l’exemple du Cercle Paul Bert (section Guinguené) pour le projet « Hackteliers », à destination des enfants de 6 à 18 ans et des adultes. Le but étant de travailler sur les nouvelles pratiques collaborative du « Do it Yourself » et de fabrication numérique. Ici, « l’éducation et l’émancipation » sont coproduites par les outils numériques et les utilisateurs.
Enfin, et pour conclure, les associations inscrites dans une démarche d’éducation populaire, permettent au vivre et faire ensemble de trouver une expression concrète. Plus que jamais nous devons renforcer la cohésion sociale de notre ville. Cela implique que nous leur garantissions un financement pérenne. Les laisser dans l’incertitude reviendrait à hypothéquer le développement des initiatives nouvelles et innovantes, à l’heure où nos concitoyens ont soif de réinventer notre commun.

Maryline DAUNIS

Groupe PRG

Réaction d’Honoré PUIL au communiqué du Front National sur le squat de la Poterie.

En réaction au communiqué du Front National sur le squat de la Poterie, le groupe des élus radicaux de gauche rappelle que la situation actuelle résulte d’une décision de justice autorisant le maintien dans les lieux des migrants jusqu’à la fin de la trêve hivernale.  Dès lors, il ne pouvait pas être de question de laisser 160 migrants dont 70 enfants continuer à vivre dans le froid. C’est pourquoi, j’ai proposé en ma qualité de vice-président de Rennes Métropole délégué au logement de contribuer,  aux côtés des associations et de la ville de Rennes,  à la prise en charge financière des fluides nécessaires à la vie dans cet immeuble.

Le front National tente de faire croire, pour diviser nos concitoyens, que cette décision se ferait au détriment des rennais et des rennaises. Faut-il lui rappeler qu’en matière d’hébergement d’urgence et de plan hivernal, la volonté des pouvoirs publics et notamment du ministère du logement est, cette année, de renforcer les moyens de cet accueil pour l’ensemble des publics concernés ? Enfin, le gouvernement a annoncé sa volonté de sortir de la « gestion saisonnière » de l’hébergement d’urgence au profit d’une gestion au long cours de ces situations. Il s’agit là aussi d’une décision positive.

Honoré Puil

Président du Groupe des élus Radicaux de Gauche,
Vice-président de Rennes Métropole délégué à l’habitat,
Au logement et aux gens du voyage.