Politique générale : intervention d’Honoré PUIL au Conseil municipal du 16 avril 2018

Madame la Maire,

Mes chers collègues,

Mon intervention concerne un sujet qui a fait polémique la semaine dernière à savoir le commerce.

Sur ce sujet du commerce et pour avoir eu à suivre ce secteur, je crois pouvoir dire que l’équipe municipale a toujours eu à cœur d’intégrer le commerce, de façon transversale, dans l’ensemble de ses politiques (animation, logement, transports, aménagements), que ce soit pour préparer la ville de demain, ou répondre aux préoccupations d’aujourd’hui.

Le centre-ville de Rennes par exemple, accueille aujourd’hui 1 750 commerces de détail, c’est un chiffre d’affaires conséquent qui contribue à placer le centre-ville comme le premier pôle commercial de la région.

Cette attractivité ne tombe pas du ciel : elle est le fruit des politiques menées par notre majorité et souvent contre l’avis de l’opposition. On se rappellera effectivement la piétonisation du centre-ville, de la première ligne de métro, de l’implantation du Centre Colombia et de La Visitation, tout autant que de la politique de mise en valeur du patrimoine.

On pourra citer la volonté très ferme qui a été la nôtre de maintenir ou de créer, en centre-ville, des équipements de forte dimension et générateurs de flux : le Liberté, la Cité Internationale, le Centre de Congrès !  Il faut aussi évoquer la détermination à garder, dans le centre-ville, une mixité et un équilibre des fonctions : logement, services et commerces.

Car il ne suffit pas de dire qu’il faut maintenir un équilibre entre l’offre de centre-ville et de périphérie, ou de dire qu’il faut maintenir un commerce de proximité.

Il faut dire comment on le fait : on le fait lorsque la ville décide de développer des politiques structurantes en faveur du commerce ; on le fait lorsque l’on demande aux urbanistes d’intégrer la dimension commerce dans leurs projets.

Toutes ces actions constituent, chacune de son côté, un maillon de la chaîne qui dessine notre territoire.

Mais le commerce à Rennes, ce n’est pas uniquement le centre-ville. C’est aussi les centres commerciaux de proximité dans les quartiers.

Le maintien, le déploiement, la création d’une offre de proximité a toujours été une préoccupation constante des municipalités successives depuis Edmond Hervé à Nathalie Appéré. Voilà pourquoi, je ne peux pas laisser dire que rien n’a été fait pour les centres commerciaux de quartiers ? Comment d’ailleurs l’opposition peut-il profiter d’un fait divers criminel pour établir un lien avec la municipalité ? Pour un peu vous accusiez la maire d’avoir craqué, nuitamment, une allumette !

Ce n’est pas admissible.

Dois-je vous rappeler Villejean et la première opération de rénovation urbaine et de requalification du linéaire commercial mené avec l’Eparica, Dois-je vous rappeler la création du centre commercial de Beauregard, de la restructuration totale en cours et déjà partiellement réalisée du centre commercial du Gast, le centre commercial Italie a lui-même connu une extension de sa locomotive commerciale, des rénovations ont été menées avec ou à l’initiative de la ville.  Je n’oublie pas non plus les créations de marchés de plein air qui ont pu être faites (Beauregard, Poterie..). Enfin et j’imagine que c’est toujours le cas, les commerçants des quartiers ont été reconnus comme des partenaires pleins et entiers au sein de fédération des commerçants : Le carré rennais !

Et puis cette préoccupation en faveur du commerce de proximité, elle s’explique aussi au travers d’un accord que j’avais initié en 2010 pour limiter l’ouverture des grandes surfaces le dimanche permettent d’établir un équilibre entre les diverses formes de commerce, les entreprises, les salariés et les territoires et donc aussi les quartiers.

Je vous remercie.

Honoré Puil

Président du Mouvement Radical Social et Libéral – RennesVilleMétropole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *