Auchan : chronique d’un échec annoncé

Honoré Puil prend acte de l’arrêt du Conseil d’État qui entraine l’annulation définitive de l’autorisation donnée par la CDAC au groupe Auchan pour l’implantation d’une grande surface commerciale de 22 000 mètres carrés à Betton.

Dès l’été 2009, il s’était exprimé sur le sujet, à travers les deux articles ci-dessous.

Communiqué du 10 juillet 2009

Je prends acte du vote positif de la Commission départementale d’aménagement commercial du 10 juillet en faveur du projet Auchan à Betton. Cette décision est un non évènement car elle fera très probablement l’objet de multiples recours. La décision définitive ne sera en effet connue que dans plusieurs mois.

L’urbanisme commercial c’est comme « la vie, la vraie » (pour reprendre le slogan publicitaire d’Auchan), c’est plein de rebondissements.

Tribune du 15 juillet 2009

Depuis trois semaines, l’intérêt d’accueillir ou non le groupe Auchan s’était enfin installé dans le débat public. Trop tard sans doute pour que la population s’en empare ! Il faut dire que tout est fait pour éviter que ce type de dossier ne soit soumis à l’œil critique du citoyen. En effet, une demande de cette nature est enfermée dans des règles de confidentialité d’un autre âge qui amènent les acteurs concernés à retenir leurs paroles. L’excès de précaution a-t-il favorisé le groupe Auchan ? Nul ne le saura jamais ! La presse a bien exposé le projet mais sans en comprendre véritablement les enjeux et sans s’intéresser à la pièce qui se jouait en coulisses. Il faudra attendre les expressions publiques des formations écologistes, des organisations syndicales, de la Fédération des Commerçants de Rennes pour qu’enfin une amorce de débat s’installe. La première interpellation publique n’aura lieu que le lundi 6 juillet au Conseil municipal de Rennes, soit moins de quatre jours avant la prise de décision !

J’avais tenu à ce que le Groupe Auchan puisse exposer son projet devant la Commission Commerce du Pays de Rennes en avril dernier. C’est dans ce cadre – et dans celui-là seul – que les organisations consulaires, les représentants des communes ont pu prendre connaissance du contenu du projet. Pour le reste, le débat s’est limité à des échanges entres les principaux élus concernés de la majorité. Le débat a été parfois vif mais toujours respectueux des personnes. Le maire de Betton, c’est bien naturel, s’est engagé à fond pour le projet. On en n’attendait pas moins de lui ! Le maire de Rennes et président de Rennes Métropole s’est exprimé favorablement tenant compte des perspectives de développement à long terme de l’agglomération dans ce quadrant géographique. Quant au Président du Pays de Rennes habituellement fort soucieux de développement durable on se demande bien encore ce qui a pu le motiver pour soutenir un tel projet et à se mettre en danger à ce point lors du vote du Bureau du Scot le mardi 7 juin ?

La majorité est plurielle, j’ai exprimé et défendu un avis différent. Tout comme l’avais fait il y a quelques années mon collègue Guy Jouhier sur la fiscalité mixte face à Edmond Hervé.

Mon opposition n’est pas de principe mais repose sur des arguments solides. En effet, voici quelques années Rennes Métropole s’est doté d’un document politique d’orientation voté à l’unanimité appelé Charte d’Urbanisme Commercial, lequel prévoyait une extension limitée du pôle commercial de Betton mais en aucun cas la création d’un nouveau centre commercial de plus de 22 000 m2. Cette orientation a été traduite dans nos différents documents d’urbanisme. Le pôle devait se développer autour d’activités liées à la forme, aux loisirs, à la culture…..nous y trouverons tout autre chose et même de façon déguisée de l’alimentaire alors que cette activité y est interdite ! Comprenne qui pourra ! L’acceptation de ce projet est clairement une remise en cause de notre armature commerciale car il capte à son seul profit les potentiels de développement qui auraient pu être répartis équitablement et judicieusement sur l’ensemble du territoire au nom du développement durable. Au lieu de cela nous aurons un centre commercial clairement construit autour de l’utilisation de la voiture, à l’écart des quartiers d’habitation se situant dans un environnement vert important. N’a-t-on pas écrits et dits que le développement devait être pensé en continuité urbaine en mixant les fonctions (Habitat, commerces, activités) ? Enfin dans un contexte économique difficile et déjà fortement concurrentiel avait t-on besoin d’en rajouter ? Fallait-il être libéral au point de tirer avantage de la loi de modernisation de l’économie voulue par le président Sarkozy l’été dernier pour imposer ce projet ? Pour ma part, je pense que nous avons besoin dans ce domaine, comme dans d’autres, de régulation, de dialogue et non de concurrence sauvage. Les syndicats l’ont d’ailleurs bien compris en soutenant ma position et en pointant l’effet négatif ou nul de ce projet sur l’emploi global.

Au fond ce projet dévoreur d’espace n’apporte aucune plus-value à notre territoire mais il apportera, s’il voit le jour, beaucoup à la famille propriétaire d’Auchan déjà première fortune de France mais… en laissant sur le carreau beaucoup d’autres acteurs petits ou grands. Plus globalement ce modèle de centre commercial n’est-il pas remis en cause, à la fois pour des raisons écologiques mais aussi démographiques, quant on sait que la mobilité des ménages se réduit, que la taille des ménages diminue et que la moyenne d’âge s’élève. « Les jeunes comme les plus vieux se déplacent moins et achètent plus près et plus souvent » écrit Philippe Moatti dans la dernière livraison d’Alternatives Economiques ! De quoi s’interroger sur la pertinence du modèle proposé à Betton !

Pourquoi j’ai dit non à Auchan

Honoré Puil
Honoré Puil

Depuis trois semaines, l’intérêt d’accueillir ou non le groupe Auchan s’était enfin installé dans le débat public. Trop tard sans doute pour que la population s’en empare ! Il faut dire que tout est fait pour éviter que ce type de dossier ne soit soumis à l’œil critique du citoyen. En effet, une demande de cette nature est enfermée dans des règles de confidentialité d’un autre âge qui amènent les acteurs concernés à retenir leurs paroles. L’excès de précaution a-t-il favorisé le groupe Auchan ? Nul ne le saura jamais ! La presse a bien exposé le projet mais sans en comprendre véritablement les enjeux et sans s’intéresser à la pièce qui se jouait en coulisses. Il faudra attendre les expressions publiques des formations écologistes, des organisations syndicales, de la Fédération des Commerçants de Rennes pour qu’enfin une amorce de débat s’installe. La première interpellation publique n’aura lieu que le lundi 6 juillet au Conseil municipal de Rennes, soit moins de quatre jours avant la prise de décision !

J’avais tenu à ce que le Groupe Auchan puisse exposer son projet devant la Commission Commerce du Pays de Rennes en avril dernier. C’est dans ce cadre – et dans celui-là seul – que les organisations consulaires, les représentants des communes ont pu prendre connaissance du contenu du projet. Pour le reste, le débat s’est limité à des échanges entres les principaux élus concernés de la majorité. Le débat a été parfois vif mais toujours respectueux des personnes. Le maire de Betton, c’est bien naturel, s’est engagé à fond pour le projet. On en n’attendait pas moins de lui ! Le maire de Rennes et président de Rennes Métropole s’est exprimé favorablement tenant compte des perspectives de développement à long terme de l’agglomération dans ce quadrant géographique. Quant au Président du Pays de Rennes habituellement fort soucieux de développement durable on se demande bien encore ce qui a pu le motiver pour soutenir un tel projet et à se mettre en danger à ce point lors du vote du Bureau du Scot le mardi 7 juin ?

La majorité est plurielle, j’ai exprimé et défendu un avis différent. Tout comme l’avais fait il y a quelques années mon collègue Guy Jouhier sur la fiscalité mixte face à Edmond Hervé.

Mon opposition n’est pas de principe mais repose sur des arguments solides. En effet, voici quelques années Rennes Métropole s’est doté d’un document politique d’orientation voté à l’unanimité appelé Charte d’Urbanisme Commercial, lequel prévoyait une extension limitée du pôle commercial de Betton mais en aucun cas la création d’un nouveau centre commercial de plus de 22 000 m2. Cette orientation a été traduite dans nos différents documents d’urbanisme. Le pôle devait se développer autour d’activités liées à la forme, aux loisirs, à la culture…..nous y trouverons tout autre chose et même de façon déguisée de l’alimentaire alors que cette activité y est interdite ! Comprenne qui pourra ! L’acceptation de ce projet est clairement une remise en cause de notre armature commerciale car il capte à son seul profit les potentiels de développement qui auraient pu être répartis équitablement et judicieusement sur l’ensemble du territoire au nom du développement durable. Au lieu de cela nous aurons un centre commercial clairement construit autour de l’utilisation de la voiture, à l’écart des quartiers d’habitation se situant dans un environnement vert important. N’a-t-on pas écrits et dits que le développement devait être pensé en continuité urbaine en mixant les fonctions (Habitat, commerces, activités) ? Enfin dans un contexte économique difficile et déjà fortement concurrentiel avait t-on besoin d’en rajouter ? Fallait-il être libéral au point de tirer avantage de la loi de modernisation de l’économie voulue par le président Sarkozy l’été dernier pour imposer ce projet ? Pour ma part, je pense que nous avons besoin dans ce domaine, comme dans d’autres, de régulation, de dialogue et non de concurrence sauvage. Les syndicats l’ont d’ailleurs bien compris en soutenant ma position et en pointant l’effet négatif ou nul de ce projet sur l’emploi global.

Au fond ce projet dévoreur d’espace n’apporte aucune plus-value à notre territoire mais il apportera, s’il voit le jour, beaucoup à la famille propriétaire d’Auchan déjà première fortune de France mais… en laissant sur le carreau beaucoup d’autres acteurs petits ou grands. Plus globalement ce modèle de centre commercial n’est-il pas remis en cause, à la fois pour des raisons écologiques mais aussi démographiques, quant on sait que la mobilité des ménages se réduit, que la taille des ménages diminue et que la moyenne d’âge s’élève. « Les jeunes comme les plus vieux se déplacent moins et achètent plus près et plus souvent » écrit Philippe Moatti dans la dernière livraison d’Alternatives Economiques ! De quoi s’interroger sur la pertinence du modèle proposé à Betton !

Honoré Puil (PRG)
Vice-président de Rennes Métropole
Délégué à l’urbanisme commercial, à l’artisanat et au tourisme

La vie Auchan : chronique d’un échec annoncé

Communiqué d’Honoré Puil

Je prends acte du vote positif de la Commission départementale d’aménagement commercial du 10 juillet en faveur du projet Auchan à Betton. Cette décision est un non évènement car elle fera très probablement l’objet de multiples recours. La décision définitive ne sera en effet connue que dans plusieurs mois.

L’urbanisme commercial c’est comme « la vie, la vraie » (pour reprendre le slogan publicitaire d’Auchan), c’est plein de rebondissements.